Biographie de Louis ARMSTRONG - Cycle 3


"Dès qu'on souffle dans un instrument, on sait qu'on ne pourra rien en sortir que Louis n'ait déjà fait...". C'est ainsi que Miles Davis, autre légende du jazz, évoquait le charisme historique de son aîné Louis Armstrong. Ce champion des improvisations à la trompette, ce chanteur inimitable avec son scat joyeux, fut un ambassadeur du jazz qu'il fit vivre à travers le monde entier, d'un concert à un show TV, ou d'un film à une master-classe. Récit d'une biographie passionnante...


biographie louis armstrong cycle 3

C'est dans une famille pauvre du quartier de Perdido Street à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) que Louis Armstrong voit le jour le 4 août 1901.

 

Son enfance est marquée par l’abandon de son père. Louis forme un groupe vocal avec d'autres gamins de son âge. Ensemble, ils parcourent les rues et glanent quelques piécettes... 

 

Suite à un coup de feu tiré en l’air à l’occasion des célébrations de la Saint-Sylvestre du 31 décembre 1912, il est enfermé longuement au Home for Colored Waifs. C'est là que, grâce à un surveillant qui fait office de professeur de musique, il apprendra à jouer du cornet à pistons.

 

À sa sortie, il joue dans les fanfares et orchestres locaux, puis fait ses premiers pas auprès de King Oliver qui sera son mentor et représentera une figure paternelle manquante. Louis commence à voyager avec le fameux orchestre de Fate Marable, qui se produit sur un riverboat à vapeur sur le Mississippi.  

K. Oliver l'appelle à Chicago en 1919 pour intégrer son Creole Jazz Band, considéré  comme le meilleur orchestre de hot jazz du moment.

Une courte biographie de qualité, avec des vidéos de Louis Armstrong - Cycle 3

louis armstrong et lil hardin

Il épouse le 5 février 1924 la pianiste Lil Hardin, qui le presse à travailler avec des artistes renommés afin de lancer sa carrière. Il part donc pour New York et se joint à l’orchestre de Fletcher Henderson.

Là, il a parallèlement l'occasion d'enregistrer avec le pianiste Clarence Williams, l'un de ses vieux amis de La Nouvelle-Orléans. Il signe notamment des duos avec l'un de ses seuls rivaux en matière de technique instrumentale : Sidney Bechet.

 

Il revient à Chicago en novembre 1925 et commence à enregistrer sous son propre nom avec les célèbres Hot Five et Hot Seven. C'est à cette époque qu'il passe du cornet à la trompette.

 

En février 1927, il crée son propre orchestre Louis Armstrong and His Stompers, au Sunset Café. L'année suivante, on le retrouve comme soliste principal dans le Carroll Dickerson's BandDécidément très sollicité et très mobile, Armstrong repart à New York en 1929 où il se produit entre Harlem et Broadway, puis passe une dizaine de mois en 1930 au Sebastian's Cotton Club de Los Angeles, avant d'entreprendre une tournée à travers l’Europe.

 

En 1935, il se rompt l'orbicularis oris, un muscle labial, et se voit contraint de mettre sa carrière de trompettiste en parenthèse pendant un an. Il ne retrouvera jamais sa virtuosité.

Il s'installe de façon permanente dans le Queens (New York) en 1943. A compter de 1947, Armstrong prend la direction d'une nouvelle formation, où il a entre autres pour compagnons le tromboniste Jack Teagarden, le clarinettiste Barney Bigard et le percussionniste Sidney Catlett. Réduits à 6 musiciens pour raisons financières vers 1950, les All Stars reviennent au style dixieland.

 

Malgré une santé fragile, il continue d'enchaîner les enregistrements, tournées internationales et apparitions au cinéma.  En 1964 et 1967, ses interprétations de Hello Dolly puis de What A Wonderful World le propulsent au sommet des hits parades...

Louis Armstrong est mort d'un arrêt cardiaque le 6 juillet 1971, dans sa maison de Corona (Long Island). Une étoile est à son nom sur le Walk of Fame d'Hollywood.

Les grands succès de Louis ARMSTRONG - Cycle 3

When The Saints Go Marching In - Tight Like This - St. Louis Blues - West End Blues - Super Tiger Rag - Ain't Misbehavin' - Body and Soul - Dream a Little Dream of Me - Stompin' at The Savoy - We Have All the Time in the World  - C'est si bon - La vie en rose - Hello Dolly - What a Wonderful World

Louis Armstrong est ici au sommet de sa virtuosité, avec son ami Duke Ellington.