BLUES et GOSPEL - Éducation Musicale


Dérivé des chants de travail et des spirituals des populations afro-américaines, le blues est une expression étroitement liée au contexte historique, sociologique et psychologique de leur condition aux États-Unis depuis le XVIIe siècle. Traités comme des esclaves, fermiers et ouvriers, les Noirs purent à travers la musique entrer dans la culture du continent sur lequel ils furent déportés, pour offrir ensuite au monde entier des couleurs musicales nouvelles, inspirées des rites africains.

Forme moderne du spiritual, le gospel est un chant religieux chrétien qui s'est développé en même temps que le jazz et le blues. Il prend son essor dans les années 1930, sortant des églises et allant au devant du public sur les scènes des cabarets et des théâtres, d'abord en Amérique, puis, après la 2è Guerre Mondiale, en Europe.


1. Le BLUES - Éducation Musicale

blues éducation musicale
W. C. HANDY, surnommé : "The Father of the Blues"

L'expression « To be blue », qui signifie « être triste, mélancolique » ou « broyer du noir », donne son nom au blues.

 

Celui-ci est né vers 1865-70, après la Guerre de Sécession et l'abolition de l'esclavage. Il trouve son origine dans les spirituals (chants religieux) et les work songs (chansons de travail).

 

C'est au Sud des États-Unis, entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, que l'on relève les plus anciennes formes de bluesIl est issu d'une tradition le plus souvent orale, accompagné éventuellement d'un rythme imprimé par des instruments rudimentaires.

 

Comme une descendance naturelle de l'art du griot, conteur ancestral d'Afrique, le blues raconte l'histoire et la mémoire d'un peuple : sa langue, ses mythes, ses poèmes, sa vie quotidienne, ses sentiments, ses douleurs et joies, sa soif de liberté...

 

W.C. Handy est l'un des premiers à arranger des airs de blues, puis les faire interpréter par des chanteurs avec orchestre. C'est à Chicago, avant et après la Seconde Guerre Mondiale, que s'articulera la suite de l'histoire du blues. Dans cette ville industrielle à la recherche de main d'oeuvre, afflueront et s'installeront les Noirs du Sud.

Le blues, qui s'est en chemin inspiré des folk songs et ballades, s'accompagne initialement au violon et au banjo, avant que la guitare et l'harmonica ne jouent un rôle prépondérant dans son développement.

 

Formé sur une assise de 12 mesures (3 phrases de 4 mesures), il ne requiert traditionnellement que 3 accords : tonique, sous-dominante, dominante. Sa gamme subit une altération des IIIe et VIIe degrés, afin d'insérer le fameux effet « blue note » qui en est l'une des signatures musicales caractéristiques.

Un blues fait généralement alterner chant et instrument selon un schéma A-A-B. Son rythme est lent et répétitif, soutenant une voix traînante.

Le maître W.C. Handy dans ses oeuvres, interprétant l'air "St. Louis Blues",

avec sa trompette au son modulé par une sourdine.

2. Le GOSPEL - Éducation Musicale

gospel éducation musicale
Mahalia JACKSON, célèbre chanteuse de gospel

Le terme « gospel » est une contraction des deux mots « God » et « Spell », signifiant : « la parole de Dieu ».

 

Son acte de naissance est communément admis au début des années 1930, lorsque le pianiste de blues Thomas A. Dorsey décide d'appeler « Gospel music » des créations musicales au service du chant religieux. 

 

On relève toutefois, dès les années 1920, des enregistrements de chants réalisés par des pasteurs Noirs. Chorales et évangélistes parcourent les campagnes afin de populariser leurs gospel hymns, étapes préliminaires vers les gospel songs à venir.

 

La période 1940-60 représente « l’âge d’or » du gospel, avec quantité de groupes vocaux - féminins, masculins ou mixtes -. Il dépasse sa fonction sacrée et va au devant du grand public dans les cabarets, clubs, salles de concerts et théâtres.

 

Au plan musical, de nombreux gospel songs sont des spirituals réorganisés et harmonisés en cantiques à 4 parties, parfois enrichis de paroles nouvelles. La formation en quartet vocal reste en effet la base d'expression la plus répandue. Elle peut être soutenue par quelques instruments (présents aux offices depuis les années 1870) : orgue, harmonium et cordesLe chant est aussi accompagné de claquements de mains et mouvements du corps.

Une scène bouleversante du film américain Imitation of Life (Mirage de la vie) - 1959 -,

avec le chant gospel de Mahalia Jackson, pour une cérémonie d'obsèques.