Robert DOISNEAU - Cycle 3

« Dans cet environnement banal qui était le mien, il m’arrivait d’apercevoir des fragments de temps dans lesquels l’univers quotidien paraissait libéré de la pesanteur.

Montrer ces moments pouvait occuper toute une vie. »

robert doisneau cycle 3

Robert Doisneau naît le 14 avril 1912 à Gentilly, dans une famille bourgeoise. Après des études d'Arts graphiques, il débute en tant que photographe publicitaire, puis plus tard photographe industriel chez Renault.

 

Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, il devient enfin indépendant et oeuvre à de nombreux reportages photographiques qui feront sa notoriété. 

Robert Doisneau imprime son style en traitant de l’actualité parisienne, et travaille également à l'étranger (URSS, Yougoslavie, USA). Dès 1947, il est récompensé par le prix Kodak.

Au cours de sa vie, Robert Doisneau publiera une trentaine d'albums, évoquant une grande diversité de personnages ou de lieux (enfants, travailleurs, vacanciers, artisans, amoureux, bistrots, faubourgs...), soit plusieurs milliers de portraits populaires pendant près d'un demi-siècle.

L'artiste s'est éteint à Montrouge, le 1er avril 1994. 

Un très beau reportage sur Doisneau à l'oeuvre lors des vacances familiales :

L'information scolaire - Robert DOISNEAU - Cycle 3

robert d'oiseau l'information scolaire cycle 3

En 1951, Robert Doisneau expose certaines de ses oeuvres photographiques au Musée d'art moderne de New-York. Puis en 1956, il obtient le prix Niepce, créé par l'association Gens d'images.

C'est de cette même année que datent plusieurs de ses clichés pris à Paris 5e, comme La pendule et ci-contre  L'information scolaire, captée dans une école de la rue Buffon. Cette photographie fait partie du recueil intitulé « Gosses de Paris ».

 

Description de la photographie : De ces écoliers dans leur classe, Doisneau fige une scène cocasse dans laquelle un enfant au premier plan semble réfléchir à la solution d'un problème, pendant que son voisin scrute discrètement son ardoise. On y perçoit avec bonheur le souvenir des encriers, écritures à la craie, odeurs de bois cirés...

À travers ses photographies, l'auteur souhaite poser le témoignage de son époque :

« Je n’ai jamais bien su pourquoi j’ai fait des photos. En réalité, c’est une lutte désespérée contre l’idée qu’on va disparaître... Je m’obstine à arrêter ce temps qui fuit. »

 

doisneau cartier bresson

Piste d'ouverture : Autre photographe français humaniste, Henri Cartier-Bresson (1908-2004) fut un pionnier du photo-journalisme. Optant comme Robert Doisneau pour le noir & blanc, il se refusait à toute mise en scène et saisissait l'instant. 

Outre ses nombreux clichés rapportés du monde entier, il photographia lui aussi les gens de Paris au fil de ses promenades.