Séquence : La MUSIQUE et L'EAU


séquence musique et eau

La relation de l'artiste au thème de l'eau, c'est un peu comme une évidence. Il y a une fascination pour le monde marin, fluvial ou simplement aquatique qui a été largement illustrée par les peintres, les cinéastes, les poètes ou les compositeurs.

 

Pour notre Séquence sur la Musique et l'Eau, nous allons donc devoir piocher parmi une multitude d'exemples.

Nous avons tout d'abord retenu Jeux d'eau, de Maurice Ravel. Il y a là l'évidence d'un compositeur impressionniste capable de retranscrire au piano les sonorités aquatiques.

Puis nous évoquerons l'existence exceptionnelle d'un autre compositeur français très célèbre, ayant fait une carrière préalable dans la marine : Albert Roussel. Un homme qui n'a cessé de clamer sa passion pour la mer, au point de  se faire enterrer face au grand large, dans un cimetière normand.

Exemple n°1 : Jeux d'eau, de Maurice RAVEL


séquence musique et eau Versailles

« C'est le point de départ de toutes les innovations pianistiques de mon oeuvre. ». 

En 1901, quand Maurice Ravel compose Jeux d’eau, il fait suite aux Jeux d’eau à la Villa d’Este de Franz Liszt, et précède Reflets dans l’eau de Claude Debussy.

 

Nous sommes au coeur du courant impressionniste, dans lequel l'évocation par le piano des jets d'eau, cascades et autres ruisseaux apparaît comme une évidence sonore.

Créée le 5 avril 1902, l'oeuvre fut dédiée par Ravel à son professeur Gabriel Fauré, qui apprécia beaucoup cette musique.

 

« Dieu fluvial riant de l’eau qui le chatouille » ...Ainsi est citée en épigraphe de la partition cette ligne du poème d'Henri de Régnier Fête d’eau, inspiré par les fontaines de Versailles. On comprend alors que ce n'est pas seulement la description des jets et mille gouttelettes qui est à la source de l'écriture pianistique, mais bien l'ensemble des fontaines, des statues, des fleurs et des arbustes, illuminés qu'ils sont par le soleil.

Une interprétation excellente des Jeux d'eau, avec cette vue animée sur le clavier.

EXEMPLE n°1 : Albert ROUSSEL, un marin devenu compositeur


séquence musique et eau le Gange

Albert Roussel est considéré comme le plus grand symphoniste français de la 1ère moitié du XXe siècle. Avec une âme de paysagiste et un solide sens de l'architecture sonore, ce marin au long cours a su bâtir une oeuvre immense, dense et variée. On y retrouve toute la force et la créativité de son écriture : thèmes vigoureux, lignes très mobile, rythmes capricieux, couleurs impressionnistes, voluptés exotiques...

 

Lors de ses séjours aux Indes, Roussel transcrivit sur des portées musicales des mélodies entendues sur les bords du Gange... Il cita par exemple la psalmodie d'un fakir illuminé dans son oeuvre Évocations.

séquence musique et eau Roussel

Né à Tourcoing le 5 avril 1869, Albert Roussel est issu de la grande bourgeoisie industrielle du Nord. Mais son enfance est assombrie par la disparition de ses parents. C'est son grand-père,  maire de la ville, qui le recueille, avant qu'il ne soit pris en charge par son oncle.

 

Son éducation très encadrée lui permet de découvrir les arts et la musique. Il se montre fasciné par Jules Verne et présente de très bonnes dispositions pour le piano. Albert fait sa scolarité au Collège Stanislas à Paris, puis prépare l'École Navale où il est admis en 1887. Il embarque alors sur le Borda, navire-école ancré à Brest. 

 

En 1889, il est membre de l'équipage de la frégate Iphigénie et vogue jusqu'en Indochine. Ce voyage le marquera à jamais et l'on retrouvera nombre d'inspirations orientales dans son oeuvre.

Il navigue ensuite sur le croiseur Dévastation, avant de se voir accorder un congé pour raisons de santé. Il se pose à Tunis, puis reprend un poste à Cherbourg où il se met à composer.

 

Roussel est de nouveau envoyé en Indochine en 1893. Mais il abandonne le métier de la mer l'année suivante, ayant décidé de se consacrer enfin à la musique. Il gagne alors Paris et est à partir de 1898 étudiant à la Schola Cantorum. Il s'y verra plus tard confier une classe de contrepoint où il aura pour élèves Satie et Varèse. 

 

Son ballet Le Festin de l'Araignée lui apporte en 1913 la gloire et la reconnaissance de ses pairs. Lorsque la guerre éclate en 1914, Roussel postule au service actif dans la Marine, mais sa demande est rejetée. Il s'engage alors comme ambulancier.

séquence musique et eau varengeville sur mer

Le compositeur acquiert en 1920 « Vasterival », une propriété sur la côte normande où il peut se consacrer à son art dans d'agréables conditions.

 

Roussel s'éteint à Royan le 23 août 1937. Il repose à Varengeville-sur-Mer, face au large : "La mer, ma Fratzele, la mer !... Il n'y a rien de plus beau au monde n'est-ce pas ? Et c'est en face de la mer que nous irons finir nos existences et que nous irons dormir pour entendre encore au loin son éternel murmure."