Séquence MUSIQUE ROMANTIQUE - Cycle 3


séquence musique romantique cycle 3

Au XIXe siècle en Europe, la musique romantique a pris la suite de la période classique. Les premiers compositeurs sont Beethoven, Schubert, Schumann, Mendelssohn et Chopin...

L'orchestre change également : on utilise davantage les grandes mélodies de cor, les jolies envolées de flûte traversière, les coups orageux des timbales, le chant pastoral du hautbois, ou encore la voix profonde des violoncelles.

Voici quelques belles musiques romantiques pour votre séquence dans le niveau cycle 3.


Œuvre de référence :

Johannes BRAHMS - Concerto pour piano n°1 en ré mineur - 1er mouvement

séquence musique romantique brahms

Circonstances de création : C'est dans la douleur de la maladie, puis de la perte de son ami et maître Robert Schumann que Brahms écrivit son Concerto n°1 pour piano.

 

L’œuvre fut créée le 22 janvier 1859 à Hanovre, en Allemagne. Totalement incomprise lors de ses premières présentations publiques (en raison de ses proportions importantes qui la faisaient ressembler à une symphonie plutôt qu'un concerto), elle dégage une force dramatique impressionnante pour la plume d'un compositeur âgé seulement de 21 ans au moment de sa genèse...

 

Comment écouter ce morceau ? Comment comprendre le message de Brahms ?

Après une longue introduction orchestrale, porteuse d'un climat orageux, tragique et passionné, l'entrée du piano se fait sur d'admirables sixtes à 4'08 portant l'émotion à son comble... Le développement qui suit, tantôt fougueux, tantôt rêveur, révèle des passages d'une beauté sans pareille.

Œuvre complémentaire n°1

Johann N. HUMMEL - Concerto pour trompette en mi b majeur - 2ème mouvement

musique romantique concerto

Circonstances de création : Élève de Mozart, Johann Nepomuk Hummel (1778 - 1837) fut un enfant prodige du piano et l'un des meilleurs musiciens de son temps. Il succéda à Joseph Haydn comme Konzertmeister à la Cour du Prince Estherhazy.

 

Hummel est aujourd'hui tombé dans l'oubli, mais ce Concerto pour trompette fait exception et demeure une référence dans le répertoire de l'instrument. Il fut composé en 1803, entre Classicisme et Romantisme, mariant rigueur formelle et liberté d'expression. Sa création date du 1er janvier 1804, par son commanditaire le trompettiste Anton Weidinger, qui avait amélioré la trompette à clés pour lui donner toute la gamme chromatique.

 

Écoutez cette sublime mélodie :

L'Andante est un chant, rappelant à bien des égards la conduite mélodique des airs d'opéras italiens, si bien que l'instrument soliste y est ressenti comme une véritable voix. La trompette est agréablement soutenue par les cordes et les pizzicati des basses. Il faut savoir que cette partition perdue, fut retrouvée dans les années 1950, soit un siècle et demi après son écriture, grâce aux recherches du musicien Armando Ghitalla.

Œuvre complémentaire n°2

Richard STRAUSS - Les quatre derniers Lieder

musique romantique strauss cycle 3

Circonstances de création : Les quatre derniers Lieder constituent le testament musical de Richard Strauss, âgé de 84 ans au moment de leur conception.

 

Strauss disparut avant leur création à Londres le 22 mais 1950, par le grand chef allemand Wilehlm Fürtwangler. Les textes des trois premiers poèmes sont l’œuvre de l'écrivain Hermann Hesse, et le dernier poème est de la plume de Joseph Eichendorff. L'ensemble présente un raccourci saisissant sur le cycle de la vie, par des atmosphères printanières et automnales, presque des parfums...

 

L'extrait : C'est une subtile alchimie sonore qui accueille la voix dans le quatrième Lied : Im Abendrot (au crépuscule), un poème d'adieu.

L'âme, libérée de la fatigue de la vie, se retrouve comme en apesanteur.

Œuvre complémentaire n°3

Joaquin RODRIGO - Concerto d'Aranjuez pour guitare - 2ème mouvement

musique zen guitare romantique

Circonstances de création : Le Concertio de Aranjuez, qui a fait la célébrité de Rodrigo, est une partition pour guitare et orchestre écrite en 1939, à Paris.

 

L'idée de composer cette œuvre surgit lors d'un dîner en compagnie de sa femme, du Marquis de Bolarque, et du guitariste Regino Sainz de la Maza.

Son titre provient du site royal d'Aranjuez, au sud de Madrid, où se trouve le Palais Royal, entouré de merveilleux jardins. En le situant à Aranjuez, Rodrigo l'a également situé dans une époque du début XIXe siècle, à l'ambiance de "majas" et toreros, de sons espagnols revenus d'Amérique.

 

L'extrait : Le second mouvement Adagio est l'un de ces sublimes moments dont le pouvoir de séduction ferait tomber quiconque amoureux de la musique classique... Un cor anglais solo propose à la guitare une mélodie chaude et rêveuse, ornementée et développée en un dialogue merveilleusement construit avec différents pupitres de l'orchestre.