La DANSE MACABRE - Education Musicale

la danse macabre éducation musicale

Parmi les quatre poèmes symphoniques composés par Camille Saint-Saëns, La Danse Macabre (1875), créée à Paris, est la partition qui a connu le plus de succès. L'oeuvre a pour argument un poème d'Henri Cazalis (poète symboliste français du XIXe), qui s'inspira de textes et peintures de danses macabres du Moyen-Age.

"Zig et zig et zig, la mort en cadence,

Frappant une tombe avec son talon,

La mort à minuit joue un air de danse,

Zig et zig et zag, sur son violon."

Le vent d'hiver souffle, et la nuit est sombre, 

Des gémissements sortent des tilleuls ;

Les squelettes blancs vont à travers l'ombre, 

Courant et sautant sous leurs grands linceuls."

danse macabre cycle 3 xylophone

ANALYSE et DESCRIPTION MUSICALE :

Les 12 coups de minuit sont annoncés par les 12 notes jouées par la harpe.

Puis on entend, par les pizzicati des violoncelles, de mystérieux pas s'approcher...

Alors, un air de violon, un peu chancelant et symbolisant la Mort, ouvre la fête qui débute par une mélodie de valse interprétée par la flûte traversière.

Pour représenter les os des squelettes dansant et s'entrechoquant, Saint-Saëns a fait entrer pour la première fois le xylophone dans la nomenclature de l'orchestre symphonique. Cet orchestre va s'animer et même se déchaîner ! 

Le chant du coq, joué par le hautbois, fera cesser la nuit festive de cette Danse Macabre.

Un jeune orchestre symphonique polonais interprète La Danse Macabre :